Warning: Cannot modify header information - headers already sent by (output started at /homepages/2/d235006441/htdocs/badm/articles.php:1) in /homepages/2/d235006441/htdocs/badm/inc/includes.inc on line 148













Localisation de Babar
sur l'océan







Pierre & BABAR - Actualité
Pierre & BABAR - Archives
Actu : Liste de diffusion
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
S'abonner
Se désabonner
108 Abonnés
Pour info ...
Conception - Infos
Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

nouveauclign.gif Route du retour - Rapport de Mer
Cotre Langoustier BABAR
Rapport de mer
du 15 Juillet 2010


Je soussigné  Raffin-Caboisse Pierre demeurant 5 rue des amourettes 44560 Paimboeuf,Capitaine propriétaire du voilier BABAR
Immatriculé à Vannes le 05/03/1992 sous le n° 560 131 N
Acte de francisation n°11787/4630/2 en date du 04/03/1992 m'appartenant déclare avoir appareillé du port de Horta pour le port de PAIMBOEUF, muni de mes expéditions, le navire en bon état de navigabilité et armé en première catégorie, équipé de 5 réflecteurs radar en mâture.


Rapport des faits

Pendant la traversée : Les Açores(Horta) Portugal - l’ile aux Moines
(Golfe du Morbihan) France

Mon voilier a été percuté par un navire marchand type vraquier le 15
juillet 2010 à 5h30 temps universel à la position 47°11Nord 7°43 Ouest.

Compte tenu des conditions météo mon voilier un cotre langoustier en bois (classé bateau d’intérêt Patrimonial) naviguait sous deux voiles d’avant : foc n°1 (foc de brise) et tourmentin à la vitesse moyenne de 2.5 nœuds au cap moyen de 85°. Je tenais une veille sur le pont toutes les 20 minutes et consignais ma position et mes observations toutes les 2h30 sur le livre de bord.
Ainsi, depuis 1 hTU je devais apercevoir les feux de trois navires dans ma zone de navigation. Je quittais ma veille sur le pont après leur disparition de mon champ de vision.

A la veille de 5 heures je notais R.A.S. C’est l’heure du crépuscule, la mer est forte à grosse avec des déferlantes.
A 5 heures 15/30 environ, je suis à ma table à carte et consulte mon écran GPS lorsqu’un choc extrêmement violent ébranle mon bateau. J’ai l’impression d’un tremblement de terre,en un éclair j’écarte l’idée d’un Orque Epaulard car derrière les hublots je vois défiler une « muraille » rouge, je me précipite sur le pont pour constater qu’un cargo d’environ 200m de long est entrain de raboter mon bateau.
Le deux bateaux se croisant leurs vitesses respectives s’additionnent. Sur mon bateau la barre est amarrée (grâce à l’équilibre de sa quille longue et le réglage des voiles le bateau peut tracer sa route seul) le cargo semble dévier sa route vers tribord Je n’ai pas le temps de manœuvrer lorsque l’arrière du cargo écrase le pavois et le roof de mon bateau.

Le pavois bâbord est détruit ainsi que les jambettes le plat bord et la préceinte. Je me précipite dans la cabine pour évaluer l’importance des voies d’eau et déclenche la pompe de cale, mets en route le moteur principal, je remonte sur le pont pour évaluer le débit de la pompe qui fonctionne à plein régime le cargo à coque bleue aux superstructures blanches s’éloigne.
Je ne peux pas lire le nom sur son tableau arrière la mer est trop agitée et je n’ai pas la puissance suffisante pour rattraper le navire.
Je lance à trois reprises une fusée de détresse en direction du navire qui s’éloigne. J’émets sur la VHF canal 16 pendant 10 minutes un appel de détresse « MAYDAY » sans réponse du cargo qui s’éloigne. Je tente de colmater la voie d’eau avec les restes de mastic que j’ai à bord. La voie d’eau est réduite mais pas totalement étanchée.

Je donne ma position par téléphone iridium au CROSS ETEL ainsi qu’à ma compagne à qui je demande d’entrer en contact avec le CROSS. Nous mettons en place des vacations régulières pour suivre ma progression. Un avion de la surveillance maritime est dépêché sur zone. Lorsque j’entends le moteur immédiatement j’appelle par VHF et donne des nouvelles de l’état de mon bateau. Je donne alors mes premières conclusions sur les faits.

J’ai constaté qu’aucune réponse n’a été faite à mes signaux de détresse et donc qu’aucune veille n’était pratiquée en passerelle ni visuelle ni radar ni VHF à bord de ce cargo. ( ma VHF fonctionnait parfaitement puisque l'avion de la surveillanve maritime m'a parfaitemenr en tendu dès mon premier appel)
Je proteste contre le capitaine du cargo , qui par sa manoeuvre, sa vitesse trop élevée et ses manquements m'a abordé , je fais dès  à présent les plus expresses réserves  pour sauvegarder mes intérets et ceux de qui de droit , dans le règlement de toutes les avaries que l'on constatera au navire . J'affirme le présent rapport sincère et véritable, me réservant de l'amplifier si besoin est , et je le dépose au greffe du tribunal de commerce de SAINT NAZAIRE pour servir et faire valoir ce que de droit . J e décide de porter plainte pour délit de fuite et de non assistance à personne en danger.

Fait à l’Ile aux Moines le 18 juillet 2010

Pierre RAFFIN-CABOISSE

 


Date de création : 24/07/2010 22:26
Dernière modification : 30/08/2010 21:31
Catégorie : Route du retour
Page lue 457 fois


Imprimer l'article Imprimer l'article


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !


Leurs histoires

Fermer BABAR, côtre langoustier

Fermer Pierre - Artiste peintre Circumnavigateur

Fermer La Bataille des Cardinaux

Connexion...
 
Liste des membres Membres : 96

Votre pseudo :

Mot de passe :

[ Mot de passe perdu ? ]


[ Devenir membre ]


  Membre en ligne :
  Anonymes en ligne : 5


Record connectés :
Record connectés :Membres: 17

Le 19/04/2010 @ 21:04

Record connectés :Cumulé : 45

Le 11/08/2010 @ 00:38


Conception - Infos
BADM - La Boutique
Cliquez sur l'image ci-dessous.

100 aquarelles du tour du monde

 
Agenda interactif
^ Haut ^